Accueil > Université (problèmes et débats) > Parcoursup, ORE etc… > Parcoursup : le bêtisier - mai-juin 2018

Parcoursup : le bêtisier - mai-juin 2018

lundi 18 juin 2018, par Mariannick

Et un chapitre spécial réservé au "mensongier’’ MàJ le 18 juin.

Parcoursup, c’est comme le jeu des osselets

Billet de Nicole Ferroni, France-Inter, 6 juin

Où Nicole Ferroni explique tout à son neveu Julien.

Trottoir parisien, 6 juin


Répertoire de bugs (oups, couacs, malfonctionnements ?)

  • Ne pas utiliser l’app. pour valider un vœu : tous les autres vœux se font écraser !

« On l’a déjà répété plusieurs fois et on continue de le dire, s’agace-t-on à l’académie de Versailles, jointe par l’hebdomadaire [1]. Il ne faut surtout pas valider les vœux sur l’application mobile ! Les consignes ont été communiquées et serinées par tous les professeurs principaux depuis plusieurs semaines. »

Le ministère de l’Enseignement supérieur, lui, reste droit dans ses bottes et défend l’appli qu’il a mise au point : "Il n’y a pas de bug avec Parcoursup. Il n’y a pas de problème avec l’application mobile, nous assure-ton, un brin tendu. Lorsqu’il y a des bugs, le plus souvent, se sont des élèves qui font les erreurs". "Tout va bien, insiste-t-on. [2]

Parcoursup : les bugs, c’est « normal » selon le recteur [3]

Le site internet parcoursup.fr était saturé hier soir, alors que tombaient les premières réponses aux vœux formulés par les candidats aux études supérieures. Pas de quoi inquiéter Vêlayoudom Marimoutou, recteur de l’académie de La Réunion.

  • Une anomalie pénalise les élèves d’une section internationale [4]
  • "Pas de réponse tout de suite" pour les 29 000 recalés des filières sélectives [5]

    Un couac sur le chemin de parcoursup apparaît pour les lycéens qui n’ont essuyé que des refus, en filières sélectives. Les commissions dans les rectorats chargées de les aiguiller ne sont pas en mesure de leur donner rapidement une réponse.

  • Les premiers seront les derniers ?

    Mon fils a eu plusieurs réponses positives et en attente...
    Je lui ai conseillé de valider la réponse positive la plus proche de ses attentes [6]. et de conserver les réponses en attente les plus proches de ce qu’il veut...
    Forcément une des deux réponses en attente correspond à ce qu’il désire "le plus"... Il était 40ème.. au bout de 2 jours il passe 35 et puis stagnation jusqu’à ce matin...
    Et là... il est 89ème...

  • "l’année de césure" dévoilée par erreur aux formations. [7]
  • 1ers résultats mardi 22 mai, à 18 h. Ou presque. Face à l’afflux de connexions, la plateforme d’admission post-bac a crashé. Un site de débordement, mis en place par le ministère, a permis aux candidats de consulter les propositions des établissements.
    Des mensonges ? non, juste des vérités alternatives

Artifice, baiser de Judas, bateau, bidon, blague, bobard, boniment, bourde, bourrage, calomnie, canular, carotte, comédie, conte, contrevérité, craque, duplicité, erreur, euphémisme, fable, fabulation, fanfaronnade, farce, fard, fausseté, faux, feinte, fiction, flatterie, fourberie, frime, fumée, galéjade, gausse, hâblerie, histoire, hypocrisie, illusion, imagination, imposture, inexactitude, invention, menterie, mirage, momerie, mystification, mythe, mythomanie, néant, postiche, rodomontade, roman, salade, simulacre, simulation, sournoiserie, tartuferie, tromperie, vanité, vanterie…

Commission Potemkine d’examens des "non"

Libération,10 juin, dénonce l’enfumage.

Le ministère de l’Enseignement supérieur semblait jouer enfin la transparence sur Parcoursup. En fait, il jouait la comédie.[…]
L’occasion aussi de nous faire bien comprendre que c’est un travail de fond remarquable qui est conduit, de l’accompagnement individualisé, minutieux, du cousu main qui rassemble largement sur le terrain. Un monde merveilleux où aucun jeune ne sera oublié.
[…]C’est vraiment super quand le hasard fait bien les choses.[…] Sophie Béjean [la rectrice] doit y passer un temps fou, à éplucher les bulletins scolaires de ces ados qui, s’ils n’avaient pas rempli Parcoursup avec leurs pieds, n’en seraient pas là.

Mon ministre ne manque pas de poumons

Parcoursup : « Vous avez des gens qui mentent pour créer de l’angoisse », dénonce Jean-Michel Blanquer sur BFM TV (28 mai 2018).

Il avait dû écouter Frédérique Vidal ou Benjamin Griveau ! (voir ci-après).

Détourner le sens des mots, est-ce mentir ? Je ramasse les copies dans 3 heures.

« Il n’existe pas d’algorithmes locaux  », affirme Gilles Roussel, à la tête de la conférence des présidents d’université (CPU) [8]. […]. Même son de cloche du côté du président de la commission juridique de la CPU, Emmanuel Roux, pour qui on ne peut pas parler d’algorithme mais d’« outil d’aide à la décision ».

Mon autre ministre non plus, d’ailleurs, ne manque pas de souffle [9]

À ce jour, 73.5% des candidats ont eu une proposition, soit environ 589.000 candidats. A cette époque l’année dernière, aucun candidat n’avait encore de réponse sur APB.


F. Vidal dans #LaMatinaleLCI, 08:21 - 4 juin 2018.
APB n’avait pas encore ouvert le 4 juin l’an dernier, alors forcément…

Comparer des choux et des carottes est-ce aussi mentir ?

Interview à 20mn le 18 juin sur twitter

Plus c’est gros, plus ça passe ?

Elle a dit aussi [10] que 65.000 étudiants ont été tirés au sort l’an dernier sur APB… aucun journaliste pour reprendre ses chiffres (3500 en réalité, soit moins d’1% des candidats dans les 169 filières en tension en 2017 —sur plus de 10.000 tout de même)

Le gazouillis de la ministre [11]. (4 avril)


Voir la réponse de SLU « La ministre et le milliard ».

« "Oui si" ? oui si quoi ? finis ta phrase mon frère ! »

Le ministère assure que 135 000 filières de remise à niveau sont mises en place dans le cadre de cette réforme [12]

Le flyer de pinocchio


Celui-là, il est vraiment splendide : il condense tous les mensonges repassés en boucle depuis 6 mois (tirage au sort, échec en licence, remédiation…)

Mon porte-parole dit n’importe nawak

France-Culture (citant Europe 1), au journal de 12H30 du 24 mai (à 3’10)
Benjamin Griveau, porte-parole du gouvernement :

Ça suffit de jouer avec les peurs et des lycéens et de leurs parents…

Journaliste : « qui joue avec les peurs ? »
Griveau : …

Les oppositions, plutôt celle(s) de gauche. La différence avec APB c’est que la sélection, elle se faisait par l’échec. On avait 2/3 des étudiants qui à la fin de la licence se retrouvaient sans rien, et là on offre le choix à des étudiants de se déterminer AUSSI en fonction des filières et des taux d’insertion dans l’emploi des jobs qu’ils trouveront à la sortie et pas uniquement heu… d’autres éléments.



Question d’une élève à sa ministre

(en visite le 23 mai au lycée Buffon, Paris XVe, pas Maurice Utrillo à Stains, hein !)

Une copine n’a eu que des réponses « en attente », elle est très loin dans les classements des listes d’attente, est-ce qu’il vaudrait mieux qu’elle redouble [et qu’elle rate le bac] pour avoir un meilleur dossier l’année prochaine ?


« Mauvaise idée, ma grande : tu les connais, toi, les coefficients négatifs affectés aux dossiers de redoublants dans les algorithmes locaux ? » [13]

Palme d’or du syndicalisme engagé

Loi ORE : des revendications entendues pour les personnels, 21 mai

  • Une indemnité spécifique pour les personnels investis dans la mise en œuvre de la réforme ⇒ obtenue
  • La création de postes ⇒ obtenue
  • Une hausse du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche ⇒ obtenue Les premières annonces vont dans le bon sens. Mais le Sgen-CFDT attend un chiffrage précis pour se prononcer définitivement [14].

Mon algorithme est devenu fou

En Histoire à Strasbourg, le test de l’algorithme de tri à partir d’un fichier excel fait apparaître les bacs S, public inhabituel dans la formation, en haut du classement. En physique à Lyon, ce sont les bacs L qui se retrouvaient trop bien classés grâce aux lettres de motivation (trop) bien rédigées ! En STAPS à Grenoble, après 5 essais, avec le 6ème algorithme, le niveau des étudiants ne correspond toujours pas "aux attendus" [15].

Tu veux la voir mon année de césure ?

Début avril 2018, quelque 3.000 formations ont eu accès à une information censée demeurer secrète jusqu’aux inscriptions administratives : l’éventuelle demande d’année de césure par les candidats lors de la saisie de leurs vœux sur Parcoursup. Un bug informatique corrigé dans les trois jours, mais qui pose la question de l’équité du traitement des candidats. [16]

Excellents membres de commission d’examens des vœux. Aix-Marseille-Université

La fac de Sciences a complètement cessé de communiquer sur le traitement des dossiers ; elle n’a pas révélé la composition des commissions aux personnels. Et dans ces commissions, certains membres ont poussé le délire paranoïaque au point de penser que leurs critères de classement relevaient uniquement de leur expertise et que non seulement ils n’avaient pas à les communiquer aux étudiants, mais que même les personnels enseignant dans les formations concernées n’avaient pas à les connaître.


À Paris 7 en biologie, idem : refus de communiquer l’algo maison aux enseignants du département.

Étudiants en réorientation

Ils ont dû s’inscrire sur Parcoursup, comme leurs petits frères. Mais, contrairement aux bacheliers de l’année, leurs notes de 1ère, terminale et bac n’ont pas été transmises par les lycées, ils les ont remplies eux-mêmes !
À Lyon, un étudiant [trop couillon, mais très motivé] s’est mis 19 partout !
Ça s’est vu… il a été écarté.
Mais de plus malins qui ont panaché des 14, 12, 17 sont passés sans problème dans la moulinette de l’algorithme. Il faut reprendre "à la main" tous ces dossiers…

Proposition d’un EC de PACES pour la définition de l’algorithme :

Mettre comme note de dossier dans l’algorithme : 01 aux bacs pros, 20 aux bacs S [17].
C’est pas gentil, ça ?

Sectorisation :

L’autonomie des universités mise en avant est très relative, les éléments les plus importants nous ont échappé. Par exemple, Nous avons appris le taux de sectorisation seulement le 14 mai [18] : ce qui veut dire que beaucoup de dossiers que nous avons épluchés et pris soin de classer seront écartés automatiquement car ils sont hors secteur… Les élèves ignoraient ce critère au moment de faire leurs vœux. C’est honteux !

LLCE : Algorithme maison avec bonus pour les notes de 1ère langue

Problème : la 1ère langue n’est pas prise en compte automatiquement, il faut ouvrir le dossier.

Vous avez demandé le comité d’éthique ? Ne quittez pas…

Le comité d’éthique et scientifique sous patronage du MESR prévu par la loi n’a pu être contacté…

Et la privacy ?

Un élève de terminale est sélectionné pour passer les entretiens d’admission au collège de droit de Paris I, filière très sélective qui ne retient que 60 étudiant.e.s chaque année.
Parmi les 120 candidat.e.s croisés ce jour là, aucun noir et aucun arabe ; la plupart des candidat.e.s semblent venir de Louis Le Grand et Henri IV. Jusque là rien d’inhabituel.…
Mais, pendant l’entretien, les deux directeurs de la formation ont évoqué avec lui de façon très précise et renseignée ses 9 autres vœux de parcourSup.
Il semblerait aussi que la lettre destinée au Rectorat en cas de non satisfaction des vœux, qui indique la « préférence » du candidat, soit aussi connue des établissements. [19]
C’est normal docteur ?

La gruge du côté enseignant ? Impossible !

On peut changer le rang en changeant la note globale du dossier des candidats, qui ne sont pas anonymes ! on peut très bien décider de remonter un candidat au vu de tel ou tel élément (son lieu de formation ou... son nom...). La commission est (ou paraît, du moins) souveraine sur le classement indépendamment des paramètres modélisés. Elle pourrait très bien changer le classement des candidats une fois ceux-ci classés selon les critères entrés dans la machine. C’est sans doute cela le fameux "retour de l’humain", qui ressemble furieusement à la possibilité d’introduire un total arbitraire (sinon du favoritisme) !

Prise en compte du lycée d’origine ?

  • « Oh ! ben non… ça serait discriminant socialement » (Paris6, Sciences)
  • « Oh que oui ! Y’a des lycées qui notent plus "dur" que d’autres » (Médecine ParisV —cité par Le Monde)

Capacités d’accueil

Décidées par le rectorat [20], elles augmentent généralement de 10% par rapport à celles de l’année dernière —au doigt mouillé ?
Celles qui sont affichées sur la plateforme Parcoursup ne reflètent que peu la réalité : exemple à Sorbonne-Université (Paris 6) : les capacités réelles sont inférieures de 12 à 20% à celles annoncées —il faut garder la place aux réorientation de PACES (ah ! l’échec en 1ère année de médecine, elle connaît notre bonne ministre !), et surtout aux élèves de CPGE qui ont maintenant l’obligation de s’inscrire à l’université.

À la question « Comment font les départements/UFR lorsque le millième ne suffit pas pour départager les ex-æquo ? », voici quelques réponses [21]

  •  « en cas d’ex-æquo, il faut départager les dossiers "à la main" et là on peut faire ce qu’on veut, comme changer le rang en changeant la note globale du dossier, etc… cela ouvre tout de même un espace d’arbitraire énorme. »
  • « les parents procéduriers ne pourront pas 1) demander à voir l’algorithme 2) faire des recours car le jury est souverain donc vous l’avez dans l’os. Donc on ne s’emmerde pas avec des histoires de millième »
  • « Les notes d’hist-géo ont servi à départager les ex-æquo. »
  •  « beaucoup de candidats ont la même note c’est le retour de la fonction aléatoire pour classer ou du "au pif". »
  •  « On départage à la main les dossiers. »
  • « Au pifomètre [22] »
  • « départagés par les fiches avenir »

Rustines

Les étudiants qui postulent aussi à des formations hors ParcourSup ne sont pas obligés de renoncer à leur vœux sur Parcoursup.
Ils peuvent donc rester inscrits dans une formation qui découvrira au mois de septembre qu’elle a des "places" vacantes... une aubaine tardive pour les étudiants les moins bien classés, un cauchemar pour les universités d’excellence qui voulaient concurrencer les écoles.
Le ministère a donc créé une nouvelle obligation, sans base légale (oder ?), en demandant aux écoles privées de subordonner l’inscription à la production d’un "certificat de désinscription de Parcoursup".
Le problème n’est que partiellement réglé, il faut compter avec le calendrier des admissions : fin juin pour Sciences Po, début ou mi-juillet pour Écoles de commerce et BCE (selon les écoles). Avec Parcoursup les filières universitaires d’excellence vont jouer les voitures balais…
[merci Yann Bisiou]


[1Le Point, 2 juin

[2Pour une définition du déni, lire Marianne, 1er juin.

[4Libération, 1er juin 2018

[5France-Info, 3 juin

[6En CPGE, source ici

[7Educpros

[8Le Monde, 31 mai

[9C’est peut-être à ça qu’on les reconnaît ?

[10Ici à 19’15

[11On lui pardonne le français approximatif, elle avait l’air vénère

[12Tweet retiré de la circulation

[13Réponse de SLU qui n’a pas mis la main sur celle de la ministre… Notons aussi que ce n’est pas la question qui est à classer dans les « bêtises », mais bien la possibilité qu’elle se pose !

[14Et toc !

[15Le classement des candidats sous forme de points (150 points max) révèle qu’aucun candidat ne semble correspondre aux ATTENDUS !
• le meilleur candidat à la version 6 obtient en effet 60 points sur 150, soit 8/20 !
• 1138 candidats sur 2992 ont 0 pts en attendus scientifiques = 38 % des candidatures (car leurs notes en maths...<10/20)
• dans le fond du tableau : les 89 derniers candidats ont 0 pts dans TOUS les attendus (sauf 8 pts en compétences sportives). Surprise, ils sont bacheliers Pro ou techno

[16À lire dans Educpros ici : Premier bug Parcoursup : "l’année de césure" dévoilée par erreur aux formations

[17heureusement, les étudiants élus l’ont arrêté dans ses œuvres

[18C’est-à-dire 2 jours avant la "remise des copies" du classement des dossiers (Libération)

[19« Parcoursup précise que « cette information confidentielle, non transmise aux établissements, a pour seul objet d’éclairer la commission d’accès à l’enseignement supérieur, qui pourrait être amenée à vous faire des propositions si vous ne recevez aucune proposition sur l’un de vos vœux confirmés ». Une commission qui se réunira pendant la phase complémentaire »

[20En dernier lieu, et complètement démocratiquement, bien sûr

[21De membres de commissions d’examen des vœux — comme toutes les autres citations de cette page.

[22C’est tout de même plus "humain" que le tirage au sort, non ?