Accueil > Université (problèmes et débats) > Parcoursup, ORE etc… > Parents d’élèves de terminale, lycéens si vous saviez… 31 mai 2018

Parents d’élèves de terminale, lycéens si vous saviez… 31 mai 2018

jeudi 31 mai 2018, par Mariannick

(quelques dessous des commissions d’examens des vœux)

Communiqué de l’UFR de philosophie de Parsi 1 à l’attention des lycéennes et lycéens

Vous avez formulé un vœu d’admission en première année de licence de philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Vous n’avez actuellement pas encore de réponse. Sachez que l’UFR de philosophie a souhaité à l’unanimité donner une réponse favorable à tous les vœux exprimés, mais que sa proposition n’a pas été retenue. Le classement qui vous sera prochainement transmis ne sera pas réalisé par les enseignants de l’UFR mais par le recteur de l’académie de Paris 1, chancelier des universités, par arrêté ministériel. Nous espérons que vous recevrez bientôt un OUI, comme nous l’avions proposé. Quel que soit le rang que vous obtiendrez et que nous ne connaîtrons pas, vous serez les bienvenu.e.s à l’UFR de philosophie.

La direction de l’UFR de philosophie

Sciences de la vie, Université Paris 7

Attendus Locaux (source : Plateforme Parcoursup)

Intérêt, compétences et curiosité pour les matières scientifiques et la démarche scientifique manifestés par l’étudiant et identifiables dans le dossier et le parcours de l’étudiant (bulletins de notes, fiche avenir, projet de formation motivé, CV) en particulier en sciences de la vie et de la terre, en physique, en chimie et en mathématiques. Bonne maitrise de l’anglais. Capacités à exprimer à l’oral et à l’écrit un raisonnement, une compréhension de problématiques scientifiques, de synthétiser des données scientifiques variées.

9500 dossiers, 2EC pour les trier, lettres de motivation, fiches avenir pas ouvertes.

Position du curseur

Être sélectionné avec 13,242 au lieu de 13,241 : c’est tout de même bien le « retour de l’humain ».
Et une fois ajouté le critère « nombre de boursiers » affectés par le recteur [1] « en concertation » avec les présidents d’Université [2], descente de 600 places dans le classement…

STAPS Nanterre : un classement occulte et autoritaire

Alors que les lycéens et leurs familles reçoivent ce jour les réponses aux vœux exprimés sur Parcoursup, il semble important de diffuser quelques réalités sur les conditions d’élaboration de certains de ces classements.

A l’UFR STAPS de l’université Paris Nanterre, des enseignants-chercheurs inquiets quant aux conséquences de la loi ORE ont manifesté le 5 avril dernier, par un vote à bulletin secret (79 % du personnel s’est exprimé : 30 pour, 19 contre, 3 absentions), leur volonté de ne pas participer à une forme de sélection à l’entrée de l’université, en demandant la dissolution de la commission chargée de classer les candidatures. La question des blocages étudiants et les débats sur les conditions de passage des examens ont monopolisé le débat public et la Présidence de l’Université pendant de longues semaines. Ce n’est que le 11 mai que nous avons appris qu’une nouvelle commission allait être nommée. Lors d’un conseil d’UFR le 17 mai, nous avons finalement été informés que deux jours auparavant, deux collègues avaient été « réquisitionnés » (chose surprenante car il n’y avait à notre connaissance qu’un seul gréviste parmi tout le personnel) pour signer un classement déjà effectué selon des modalités non divulguées à ce jour. Ni les candidats, ni les personnels de l’UFR STAPS ne connaissent la méthode de classement, le procédé pour départager les ex-aequo, le nombre de « oui-si » et les moyens de leur accompagnement... En signe de protestation contre la brutalité et l’opacité de ce mode de gouvernance, incompatible avec les usages et valeurs démocratiques en vigueur au sein de la communauté universitaire, un grand nombre de responsables de diplôme ont démissionné de leurs fonctions "quasi-bénévoles" à compter de la rentrée 2018.

Cette réalité, également observée dans d’autres UFR, contraste singulièrement avec celle décrite par un article du Monde ("un classement des candidats au millimètre en STAPS") et des déclarations de la Ministre, Madame Vidal.

Le comité de mobilisation de l’UFR STAPS de l’université Paris-Nanterre


LEA, Lille (extraits)

Départager les ex-aequos
Une fois les anomalies corrigées, nous avions donc un classement des candidat-e-s dans lequel, on l’espère, aucun n’était désavantagé à cause d’un problème technique. Parcoursup demandant de classer les candidat-e- s, nous avons regardé chaque candidat ex-aequo et cherché dans le dossier des éléments permettant de les départager. Nous avons pu constater lors de cette étape que les ex-aequo avaient souvent des profils très similaires. Nous avons tiré au sort lorsque la commission ne parvenait pas à se décider. Nous avons eu recours au tirage au sort seulement deux fois après un examen approfondi des deux dossiers et lorsque tous les membres de la commission n’arrivaient pas à départager les deux candidats.

Données disponibles et dérives potentielles
• Absence d’anonymat : Le premier problème nous ayant sauté aux yeux lors de l’export des informations sous forme de fichier CSV est la présence par défaut (et non modifiable dans l’interface de Parcoursup) des noms et prénoms des lycéen-ne-s. Afin de garantir l’anonymat des lycéen-ne-s lors de l’examen en commission, nous avons dû supprimer cette information des feuilles de calcul utilisées. Elle apparaît cependant encore par défaut dans le projet de formation, pour un anonymat réel il faudrait télécharger ces projets de formation en supprimant l’entête (et parfois la signature) du texte.
• Dérives sur les critères de classement :
A cette absence d’anonymat s’ajoute la possibilité de consulter et extraire (donc potentiellement de classer en fonction de) les lycées d’origine, ville d’origine, nationalité des lycéen-ne-s. Ces critères pourraient être utilisés par les formations qui voudront essayer de s’assurer un meilleur taux de réussite en excluant de fait les lycéen-ne-s moins favorisé-e-s (en fonction du lycée d’origine, de la ville, de la série du bac ...).
Un autre exemple est la tentation d’utiliser a posteriori des critères supplémentaires sans aucun lien avec les attendus. Par exemple il nous a été demandé "de prêter une attention particulière" aux candidats sportifs de haut- niveau, dans la perspective des JO de 2024, ce qui évidemment ne correspond à aucun critère défini pour notre formation.[…]


[1Parus deux jours avant la date fatidique, il a fallu tout revoir

[2 ???