Accueil > Évaluation / Bibliométrie / Primes > Démissions des comités de visite de l’HCERES et refus de rendre les rapports (...)

Démissions des comités de visite de l’HCERES et refus de rendre les rapports d’auto-évaluation : on demande du SOUTIEN !- màj 11 février 2020

dimanche 9 février 2020, par Laurence

La coordination des facs et labos en lutte, les 1er et 2 février, a décidé d’amplifier le mouvement de démission collective des comités d’experts mandatés par l’HCERES pour évaluer les laboratoires de recherche, et la rétention des rapports pour les visites déjà effectuées

Pour vous joindre à cette action, vous pouvez signer la lettre annonçant la démission collective, la rétention ou le soutien, en suivant ce lien : https://mensuel.framapad.org/p/9epn-wxp5n0thud?lang=fr
3 types de signatures : démission, rétention, soutien à cette action. Le soutien est important !

Ci-dessous, une liste des membres démissionnaires de leurs comités (avec le courrier de Sophie Roux, la réponse et sa réponse à la réponse), et des membres de comité retenant leurs rapports…

Section 20 du CNU

Les membres de la 20e section du CNU s’associent au texte adopté par les membres démissionnaires des comités de visite HCERES et demandent au président de la 20e section de ne pas mandater de représentant du CNU dans ces conditions et pour lesdits comités.

Extrait de la motion de la section 19 du CNU (sociologie, démographie)

[…] Nous suspendons également l’envoi de membres de notre section dans les comités d’évaluation de l’HCERES et soutenons les collègues démissionnaires dans cette instance appelée à devenir centrale dans la mise en application des préconisations des rapports.

Nous signons, en tant que section 19, la lettre annonçant la démission collective des comités d’expert·es mandaté·es par l’HCERES et la rétention des rapports pour les visites déjà effectuées, qui a été élaborée dans le cadre de la Coordination nationale des facs et labos en lutte.

UMR 6625 "IRMAR" (Mathématiques) UMR 6051 "ARENES" (Rennes 1, Sciences Po et EHESP)

refusent de remonter leurs auto-évaluation

Les départements et équipes de recherches de philosophie des universités suivantes de la vague B ont décidé de boycotter l’évaluation HCERES : Rouen, Caen (voir ci-dessous), Rennes (voir ci-dessous) et Nantes (id). .

EA 7364, UFR de philosophie de Rennes 1, département de philosophie de de Nantes

Je vous informe que le laboratoire multisite EA 7364 Centre Atlantique de
Philosophie (Nantes / Rennes), l’UFR de philosophie de Rennes 1 et le
département de philosophie de Nantes , en dialogue constant avec la
Coordination nationale des directeurs de départements et UFR de
Philosophie, ont pris mardi 4 février, à une très large majorité, la
décision de NE PAS remonter les rapports d’auto-évaluation destinés à
l’HCERES.

Par cette mesure, nous entendons concrétiser notre opposition aux contenus
du projet de Loi pluriannuelle de programmation de la recherche. Cette
mesure a l’avantage de ne pas pénaliser les étudiants.

Cette mesure est mise en œuvre collectivement : la même décision est
envisagée par tous les départements de Philosophie concernés par la
"vague B" des évaluations. Elle a déjà été confirmée par le
département de Caen.

Pour le département de Philosophie de l’université de Nantes,
Patrick Lang

CELLAM. Centre d’Étude des Langues et Littératures Anciennes et Modernes de l’Université Rennes 2

Motion adoptée à l’unanimité des votants (49 votants) le 13 février 2020 :
Nous décidons collectivement de :
- Ne pas faire remonter les rapports d’auto-évaluation pour l’HCERES, attendus pour septembre 2020, si nos revendications ne sont pas prises en compte, à confirmer par un nouveau vote lors d’une Assemblée Générale en septembre 2020.

Département de philosophie de l’université de Caen

Je vous informe qu’hier, mardi 4 février, les collègues de philosophie de l’université de Caen ont voté à la majorité le boycott de l’évaluation hceres pour leurs formations (licence et master de philosophie) et leur équipe d’accueil (Identité et Subjectivité, EA 2129). Ils s’associent à l’action de leurs collègues philosophes de Nantes et de Rouen, qui ont voté une décision similaire. Ils invitent l’ensemble des collègues de philosophie de la vague B (Rennes, Nantes, Brest, Rouen, Caen, Poitiers et Bordeaux) et des autres disciplines à s’associer à cette action collective en ne remplissant pas et en ne faisant pas remonter les dossiers d’autoévaluation. Ils invitent les collègues de la vague A à boycotter la visite des comités hceres, et les collègues des autres vagues à s’engager solennellement à ne plus participer, ni en tant qu’évalués, ni en tant qu’évaluateurs, à cette institution nuisible pour la recherche.

Maud Pouradier (pour le département de philosophie de l’université de Caen)

Le comité de visite HCERES de Triangle à Lyon.

Monsieur le référent HCERES, cher collègue,

Nous avons jusqu’ici accepté, les uns et les autres, diverses missions, dont celle d’évaluation dans le cadre de l’HCERES, notamment depuis que ces missions d’évaluation avaient retrouvé un caractère « accompagnant », marqué par un travail de discussion qualitative autour de ce qui fait la richesse des activités des laboratoires de SHS.

Les transformations radicales, parfois appelées « réformes », que le gouvernement souhaite imposer (retraite, diversification des statuts des EC, accès contraints et concurrentiels aux financements de la recherche, menaces de reprise en main de l’HCERES pour mettre l’évaluation au pas etc.) ne nous laissent pas indifférents.

Notre analyse, comme celle de divers collectifs, est que ces projets de grande transformation font peser des menaces aggravées, encore plus que par le passé, sur l’autonomie, la créativité et l’indépendance des recherches, sur l’égalité des financements, sur l’affaiblissement des collectifs de travail et de la coopération, sur la précarité de certains statuts, notamment des plus jeunes, sur la pluralité des activités académiques et scientifiques, et sur le pluralisme.

Nous avons donc décidé unanimement de démissionner du comité de visite du laboratoire Triangle-UMR 5206 (comité de visite prévu le 13 mars 2020). Cette décision n’a été prise ni de gaité de cœur, ni avec légèreté, ni par réflexe corporatiste.

Elle est guidée par notre attachement sincère au service public, et par notre plus grande désapprobation face à l’ensemble de ces projets qui nous en éloigne. Elle est aussi l’expression de notre volonté commune d’élaborer un ESR inclusif et soutenable. Celui dont le XXIème siècle a grandement besoin.

Florence Jany-Catrice, PR économie, Université de Lille, CLERSE (Présidente du comité de visite)
Joëlle Caugnon-Sossine, IE, EHESS, CEMS
Didier Demazière, DR sociologie, CSO, CNRS-Science po
Estelle Ferrarese, PR philosophie, Université de Picardie, CURAPP
Camille Goirand, PR sciences politiqus, Université Sorbonne Nouvelle, CREDA
Frédéric Pierru, CR sciences sociales et politiques, CERAPS

Le comité de visite HCERES du Centre Max Weber de Lyon.

Monsieur le référent HCERES,

Cher collègue,

Membres du comité d’experts constitué par l’HCERES pour l’évaluation du Centre de recherche Max Weber (UMR 5283), nous décidons de suspendre toutes les activités d’évaluation du CMW. Cette décision est prise en opposition au projet de réforme dit « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) » ainsi qu’au projet de réforme des retraites présenté au Conseil de ministres le 24 janvier.

Si le projet de réforme « LPPR » est approuvé, il entrainera une désastreuse transformation du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, via la promotion d’une contractualisation généralisée de l’université et des institutions de recherche vouant chacun.e à la quête perpétuelle de financements, la mise en concurrence plutôt que la coopération, et mettant finalement en cause l’inscription de l’ESR dans la fonction publique et dans les garanties de qualité et d’indépendance que porte le service public. C’est pourquoi nous nous opposons fermement à ce projet.

De même, la réforme du système des retraites représente une promesse de régression en termes de justice sociale, pénalisant fortement l’ensemble des personnels de l’ESR, et tout particulièrement les plus précaires.

Notre décision s’inscrit dans le cadre des mobilisations en cours et des actions de protestation contre cette réforme et ce projet. Elle prend acte, en outre, de l’impossibilité de réaliser l’évaluation pour laquelle nous avons été sollicités dans de bonnes conditions, dès lors que l’unité que nous devions évaluer et les collègues qui la composent se sont déclarés en lutte et nous ont adressé une demande de suspension de l’évaluation. Venir les évaluer supposerait d’exercer sur eux une contrainte supplémentaire dans des conditions qui rendent impossible une telle mission.

Très cordialement à vous,

Comité d’experts HCERES CMDER-210008727 - S4-CMW-SHS2.

Denis Merklen, président, professeur de sociologie, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Marlène Benquet, chargée de recherches CNRS, IRISSO
Olivier Cousin,professeur de sociologie, Université de Bordeaux
Joëlle Caugnon, ingénieure d’études, EHESS
Sébastien Dalgalarrondo, chargé de recherches CNRS, IRIS
Carole Gayet-Viaud, chargée de recherche CNRS, CEMS

Selon New Thanks, le comité HCERES constitué pour l’évaluation du laboratoire montpelliérain Leiris a, quant à lui, démissionné en « signe d’une volonté réelle de repenser collectivement le processus d’évaluation de la recherche contre la tendance managériale et néolibérale ».

Membres de comités d’experts démissionnaires :

Bureau de la section 19 (sociologie, démographie) du CNU

ARANGUREN Martin, CR en sociologie URMIS, CNRS-IRD UMR 8245
AVELINE Natacha, DR CNRS, géographe, Géographie-Cités (UMR 8504), Université Paris 1
BENQUET Marlene, CR au CNRS en sociologie, laboratoire IRISSO
BERNARD Lise, CR au CNRS en sociologie, Centre Maurice Halbwachs
DALGALARRONDO, Sébastien, CNRS, IRIS, EHESS
DEBOEUF Stéphanie, CR au CNRS en physique, Sorbonne Université Campus Pierre et Marie Curie
DEMAZIERE, Didier, DR en sociologie, CSO, CNRS-SciencesPo
FERRARESE, Estelle, PR de philosophie, Université de Picardie, CURAPP
FLIPO, Fabrice, PR de philosophie, IMT-BS, LCSP Université de Paris
FRENKIEL Emilie, MCF en science politique, Université Paris-Est Créteil, LIPHA
GAYET-VIAUD Carole, CR au CNRS en sociologie, laboratoire CESDIP UMR 8183
GEOFFRAY Marie Laure, MCF en science politique, Université Sorbonne Nouvelle, CREDA UMR 7227
GOIRAND Camille, PR en science politique, Université Sorbonne Nouvelle, CREDA UMR 7227
HAACK Marie-Laurence, PR d’histoire ancienne, Université de Picardie Jules Vernes
HOUDART Sophie, DR en anthropologie, CNRS/UMR7186, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
JANY-CATRICE, Florence, PR en économie, Université de Lille, CLERSE.
MACHINAL Hélène, PR en études anglophones, Université de Bretagne Occidentale, membre d’HCTI (EA 4249)
MASSICARD Elise, DR au CNRS en science politique, CERI-SciencesPo
MERKLEN Denis, PR de sociologie, Université Sorbonne Nouvelle, CREDA UMR 7227,
MULLER Christel, PR d’histoire grecque, Université Paris Nanterre, UMR 7041-ArScAn
MONDEME Chloé, CR au CNRS en sociologie, UMR 5206 - Triangle
NEYRAT Frédéric, PR de sociologie, Dysolab, Université de Rouen
PIERRU Frédéric, CR au CNRS en sciences sociales et politiques - CERAPS, Université Lille
ROUSSILLON Marine, Mcf à l’université d’Artois.
TARRAGONI Federico, MCF HDR en sociologie, Université Paris 7, LCSP.

Membres de comités retenant leurs rapports :

BEROUD Sophie, PR de science politique, Université de Lyon 2, Triangle
COMPAGNON Olivier, PR en histoire, Université Sorbonne Nouvelle, CREDA UMR 7227
DAGIRAL Éric, MCF en sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS
DEMMER Christine, CR CNRS, UMR 8562 Centre Norbert Elias, Marseille
DUCLOS Nathalie, MCF en science politique, Université de Tours, ISP UMR 7220
ERDI Gülçin, CR au CNRS, UMR CITERES
GAUTREAU Pierre, MCF en géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
GENSBURGER Sarah, CR CNRS, ISP, UMR 7220, Université Paris Nanterre-ENS Paris Saclay
GINOUVÈS Véronique, IR HC, USR 3125, MMSH, Aix-en-Provence
GOUËSET Vincent, PR de Géographie, Université Rennes 2
JAKSIC Milena, CR en sociologie, ISP, UMR 7220, Université Paris Nanterre-ENS Paris Saclay
LAPERCHE Blandine, PR en économie, Université du Littoral Côte d’Opale
LAMARCHE Thomas, PR Economie, Université de Paris
LAMBERTS Christine, IE CNRS, UMR 6590 ESO, CoNRS section 39
MOREAU Gilles, PR de sociologie, GRESCO, Université de Poitiers
NOUCHER Matthieu, CR au CNRS en géographie, UMR Passages
ROGER Antoine, PR de science politique, Sciences Po Bordeaux
TRUC Gérôme, CR CNRS, ISP, UMR 7220, Université Paris Nanterre-ENS Paris Saclay